jeudi 11 avril 2019

Ile Robinson Crusoé

Après presque un mois amarrés à l'agréable marina Estancilla près de la dynamique ville de Valdivia, nous sommes prêts pour appareiller pour la traversée du Pacifique!
480 milles nous séparent de notre première escale, l'île Robinson Crusoé dans l'archipel Juan Fernandez. Le vent portant variable de 15 à 35 nœuds pendant nos 3 jours de
navigation nous permet de tenir une bonne vitesse moyenne malgré la houle croisée assez inconfortable. Libertaire enregistre 186 milles en 24h le deuxième jour, plutôt
pas mal pour un voilier de 1975!
L'archipel Juan Fernandez regroupe 3 petites îles volcaniques découvertes au 16ème siècle par les espagnols. L'ile Robinson Crusoé en est la principale, c'est sur celle
ci que le naufragé Alexander Selkirk vécu pendant plus de 4 ans (1704-1709) et a inspiré Daniel Defoé pour son célèbre roman d'aventure.
La quasi totalité de l'île est classée parc national avec un écosystème unique de par sa variété de plantes endémiques.
Le 5 avril nous jetons l'ancre sous un beau ciel bleu pour le déjeuner devant le paisible village de San Juan Batista, seule localité de l'ile. Après les formalités
administratives d'usage , Nina et Diane sont ravies de se dégourdir les jambes au jardin d'enfant tout neuf! Une bonne partie du village a été détruite par le tsumani de
2010 et beaucoup d'infrastructures ont été récemment reconstruites tout en bois donnant un certain charme aux ruelles luxuriantes de ce petit village blotti au pied de
montagnes abruptes. Le point culminant de cette petite île volcanique, le Serro el Yunque culmine à 915 mètres! Nous sommes rejoins dans la nuit par nos amis des voiliers
Galadriel et Heart and Soul. Après une bonne nuit de sommeil malgré le mouillage un peu rouleur, nous randonnons jusqu'au mirador de Selkirk ; c'est de ce poste
d'observation que le naufragé guettait les bateaux à l'horizon. Après 2 heures de marche les filles ont la chance d'y découvrir un trésor rempli de pièces en chocolat ;-)
Le lendemain nous grimpons jusqu'à la crête de Salsipuedes avec une belle vue sur l'océan Pacifique et le Nord-Est de l'ile. Nous profitons encore 2 jours de cette belle
escale avec baignades dans une eau parfaitement claire et poissoneuse. Mardi 8 avril nous levons l'ancre et filons au Nord-Ouest pour aller chercher les Alizés et gagner
la mystérieuse île de Pâques... pour Pâques peut-être! 1800 miles nous attendent, à suivre!

mercredi 6 mars 2019

Ile de Chiloé

Nous passons quelques jours entre les petits ports de pêche de Puerto Aguirre et de Melinka à profiter du beau temps qui nous a manqué pendant notre remontée de la Patagonie Chilienne. La pêche est ici tournée vers la collecte de coquillages et surtout l’élevage de saumons à grande échelle. Les fermes de poissons sont partout et rendent certains mouillages inutilisables. Le Chili se place en effet au deuxième rang des producteurs mondiaux de saumon d’élevage, avec des conséquences environnementales notables comme l’utilisation massive d’antibiotiques. L’autre point qui nous frappe en retrouvant la civilisation est la présence de déchets plastiques et de cannettes de bière et soda sur tout le littoral... Le mercredi 12 février,nous quittons Melinka en fin de journée pour une traversée de nuit du golfe de Corcovado avec un beau coucher de soleil qui rosit le sommet de l’imposant volcan éponyme. Nous gagnons ainsi la grande île de Chiloé et mouillons dans le petit fjord champêtre de Pailad. Nous faisons rapidement connaissance avec une chaleureuse famille chilienne qui profite de sa résidence secondaire estivale avec leurs enfants et petits enfants. Nous avons la chance d’être conviés au "curanto" après le baptême d’un des enfants. Le curanto est une spécialité culinaire de Chiloé préparée dans un four creusé dans le sol dans lequel on fait cuir des crustacés, du poulet, de la viande de porc, des fruits et des légumes recouverts de feuilles de Nalca (sorte de rhubarbe) et de pangue (plante endémique)... copieux mais délicieux! Nous restons presque une semaine dans ce mouillage agréable entre promenade et baignade d’autant que nous sommes rejoints par le voilier français Tonga qui arrive du Pacifique avec deux copines à bord pour Nina et Diane. Nous poursuivons notre découverte de l’île en passant une nuit au port de pêche actif de Queilen puis mouillons pour deux nuits dans l’estero Ichuac de l’île Lemuy. Après une petite visite de la charmante église, nous partons à la cueillette des mûres et en revenons avec plus de 2 kg, c’est l’heure de faire des confitures! Chiloé abrite une soixantaine d'église en bois dont 16 sont classées au patrimoine mondial de l'Unesco, dont l'église San Francisco de Castro. Nous arrivons à Castro le 21 février, la capitale de l’île, bruyante, animée mais un peu trop touristique. La ville est bordée des typiques palafitos, maisons en bois construites sur pilotis dont beaucoup ont été rénovés en hôtels. Toujours sous le soleil nous arrivons ensuite à la petite île de Quehuy puis l’île Mechuque avec ses agréables sentiers où nous retrouvons les amis du Tonga le temps d’une soirée. Notre remontée vers le Nord se poursuit par le paisible mouillage de Linao afin d'attendre le courant favorable pour rejoindre la ville d’Ancud via le canal Chacao. Le 3 mars nous levons l’ancre pour rejoindre Valdivia où nous sommes actuellement pour un petit mois le temps de préparer la traversée du pacifique en attendant la visite des grands-parents !