samedi 17 février 2018

Cap au Nord...

Le 8 février la météo est favorable pour quitter la baie Marguerite. Nous quittons donc le mouillage de Lagoon Island et remontons le long de l'Ouest de l'île
Adélaide comme lors de notre descente ; le passage du Gullet étant toujours pris dans de la glace comapcte. Un vent de SO force 3 puis forcissant jusqu'à 7 nous
permet de parcourir les 190 milles à la voile en un peu plus de 30 heures. La nuit revient pour quelques heures après deux mois de jour permanent et nous sommes bien
contents d'avoir installé un projecteur à la proue de Libertaire qui nous permet d'éviter quelques growlers dans une mer agitée. Nous remontons ainsi au dessus du
cercle polaire antarctique et mouillons pour le dîner à Flounder Island où nous passons deux nuits.
Dimanche 11 février nous gagnons Lippman Island à 40 milles au Nord et remontons le chenal Grandidier au moteur en slalomant entre les nombreux icebergs ; nous
arrivons à temps avant que la visibilité ne soit trop réduite. Le lendemain la neige tombe sans discontinuer, Nina est fiévreuse, Diane se blesse à l'index: 3 points
de suture… Bref il y a des journées moins sympa que d'autres.
Le 13 février nous sommes chassés du mouillage par la glace et nous levons donc l'ancre pour le mouillage de Berthelot. Nous préférons finalement gagner directement
la station ukrainienne de Vernadsky ; une grosse houle d'Ouest rendant le mouillage compliqué. Nous nous amarrons à couple du voilier français Le Boulard. Il est
amusant de voir comme le paysage a changé en un mois (nous étions déjà à Vernadsky mi-janvier) ; la fonte de la neige et de la banquise font apparaître de nombreux
rochers et les otaries ont envahit les « plages»… Nous sommes encore une fois accueillis chaleureusement et Alex, le médecin de la station nous offre des fruits et
légumes frais qui sont les bienvenus après plus de 2 mois de voyage. Nina et Diane sont ravies de pouvoir observer le manchot royal solitaire qui s'est égaré sur
l'île depuis 2 semaines! C'est une vraie chance, en 15 ans seulement 3 manchots royaux sont venus muer ici, leurs colonies peuplant habituellement les îles
subantarctiques.
Nous sommes arrivés hier sur le site de Pleneau pour retrouver nos amis du voilier Petrouchka et devrions en repartir demain pour gagner la station chilienne de
Videla 40 milles au Nord.

samedi 3 février 2018

Baie Marguerite!

Nous passons 4 nuits dans l'agréable mouillage de Lagoon Island en compagnie de nos bruyants et odorants voisins; les éléphants de mer. On comprend mieux l'utilité
des boules quies lors de notre visite du petit refuge de l'île ; annexe de la base anglaise Rothera qui se trouve à 2 milles du mouillage. Nous profitons de ces
quelques jours pour nous promener sur les petites îles alentours dont l'île Anchorage du sommet de laquelle (57 mètres…) la pureté de l'air nous permet d'apercevoir
l'île Alexandre 80 milles au sud! Quelques occupants de la base Rothera viennent nous saluer et au retour d'une de nos petites excursions à terre de sympathiques
cadeaux nous attendent sur le pont de Libertaire. Lundi 29 janvier nous levons l'ancre pour gagner l'île Horseshoe 25 milles au Sud Ouest; en longeant par le sud
l'île Pourquoi Pas, nous traversons une zone un peu plus dense en glace et avec la petite houle résiduelle des vents catabatiques de la région, un growler vient
percuter notre sondeur endommageant la sonde… La seule pièce que nous n'avons pas en double ; nous poursuivrons donc notre périple à l'ancienne avec notre petit
sondeur manuel….
Le mouillage de Sally Cove sur l'île Horseshoe est encombré par les icebergs et nous mouillons donc à l'extérieur. Nous débarquons pour visiter l'ancienne base
scientifique anglaise datant des années 1950 et très bien conservée ; on imagine la vie des premiers explorateurs!
Le lendemain nous partons pour Red Rock Ridge 30 milles au Sud; le mouillage est somptueux, nous y retrouvons nos amis les pingouins Adélie et la vue sur la baie
Marguerite avec les lumières du grand sud est magnifique. Au loin, à la limite de la banquise on aperçoit l'île Terra Firma sur laquelle pousseraient les seules
fleurs de l'Antarctique. Malheureusement compte tenu de l'imprécision des cartes ici et cde l'absence de sondeur nous jugeons plus prudent de ne pas descendre plus au
Sud; nous en resterons donc pour cette année au 68°17 degrés Sud; on est déjà tellement heureux d'être arrivés jusqu'ici! De plus un coup de vent avec 50 nœuds
fichiers que Red Rock annoncé pour la fin de semaine nous motive également à mettre le cap au Nord le mercredi matin.
En chemin nous nous arrêtons à la base argentine San Martin et à peine ancrés nous sommes invités pour le déjeuner. Nous sommes accueillis royalement et les 22
militaires sont aux petits soins pour Nina et Diane ; nous sommes leurs premiers visiteurs depuis 11 mois. Nous passons l'après midi en leur compagnie ; ils
s'assurent qu'on ne manque de rien et voudraient tout nous donner (mais nous n'avons besoin de rien hormis une nouvelle sonde de profondeur...). Nous repartons
finalement les bras chargés de gâteaux, bonbons, chocolat et même du vin ; leur générosité et bienveillance sont touchantes!
Nous arrivons à Lagoon Island dans la nuit; la pleine lune au dessus des sommets enneigés veillent sur Libertaire.
Nous sommes donc depuis 3 jours à nouveau à Lagoon Island, le ciel bleu est de retour et nos ballades ne sont que plus belles : les petits skuas sont nés et nous
avons pu observer quelques otaries. Nous recevons également à bord quelques occupants de la base anglaise qui renflouent nos réserves en chocolat…
Selon la prochaine carte des glaces qui est actualisée tous les lundis ; nous quitterons la baie Marguerite par le passage Gullet ou l'Ouest de l'île Adélaide avec le
vent de SO annoncé pour la semaine prochaine.